Master II DGP – Bordeaux

Le lieu - Master II DGP - Bordeaux

Le Pôle Judiciaire et Juridique

 

Les cours du Master 2 Gestion du Patrimoine Privé sont délivrés au Pôle Juridique et Judiciaire dont la rénovation récente s’est achevée en 2011.

Nous vous proposons ici de développer l’origine de ce site chargé d’histoire et suscitant la contemplation.

Origines  PJJ-C-Olivier-Got-1240x740_Event

La Faculté de droit de Bordeaux fut fondée en 1441 mais supprimée en 1793 par les autorités révolutionnaires.

Il fallut attendre le 15 décembre 1870 pour qu’un décret du gouvernement de la défense nationale fonde une nouvelle faculté de droit. Les cours furent dispensés dès 1871 dans des locaux provisoires. Cependant, le besoin de construire des bâtiments dédiés à la faculté se fit sentir.

C’est à l’architecte Charles BURGUET que fut confié le soin de réaliser un programme immobilier. Les constructions sont lancées en 1872 sur un terrain situé à l’angle de la Place Pey Berland et de la rue Cabirol près de la cathédrale Saint André. Les bâtiments seront inaugurés le 20 novembre 1873.

Architecture 

Campus-Pey-Berland-escalier-d-honneur-1040x740_GrandeLes choix esthétiques de l’architecte furent influencés par les autres bâtiments édifiés autour de la cathédrale Saint André. Ils traduisent, dans le rendu de la façade, une interprétation sobre du style « Louis XVI » que l’on observe notamment au Palais Rohan.

Le bâtiment principal s’ouvre sur un magnifique escalier d’honneur cerné par deux figures tutélaires : à gauche, Jacques CUJAS, qui incarne l’humanisme juridique de la Renaissance et, à droite, MONTESQUIEU, figure locale emblématique du mouvement des Lumières et auteur de L’Esprit des Lois. 

L’identité locale ressort même jusque dans le choix des artistes qui ont réalisé ces œuvres. En effet, les sculptures furent respectivement signées par les Bordelais Jospeh FELON et Alphonse DUMILATRE, ce dernier étant également le concepteur du monument aux Girondins sur la Place des Quinconces.

A côté des principaux amphithéâtre des plaques en pierre gravées sont disposées sur les murs. Elles retracent l’histoire de professeurs prestigieux qui ont enseigné à la faculté ainsi que la liste d’enseignants et d’étudiants morts au combat pendant les deux grandes guerres.

Rénovations successives

Dès la fin du XIXème siècle, la saturation des locaux devient évidente. En 1907, l’acquisition de la bâtisse mitoyenne située à l’angle de la place Pey-Berland et de la rue du Commandant Arnould permettra de procéder à un agrandissement. Cette extension se poursuivra en 1911 par l’achat d’un ensemble immobilier mitoyen rue Cabirol : les travaux s’achèveront en 1923 et la faculté se dotera d’un nouvel amphithéâtre (actuel amphi Duguit).

A la veille de la seconde guerre mondiale, l’étroitesse des locaux se fait à nouveau sentir de façon pressante. L’acquisition d’un immeuble situé au n° 4 de la rue du Maréchal Joffre permettra d’accueillir en 1954 l’Institut d’Etudes Politiques.

En 1954, la décision est prise de développer la faculté de Droit hors les murs de la place Pey Berland. Les nouveaux locaux de Pessac sont livrés en 1966. Le site de Pey Berland n’est pas abandonné pour autant. Il demeurera en activité et accueillera certains enseignements spécialisés.

En 2006, le départ de l’Institut d’Administration des Entreprises pour le Pôle universitaire des sciences de gestion rive droite (PUSG) ouvre de nouvelles perspectives. Une rénovation complète de l’ensemble, qui s’achèvera en 2011, permettra de redonner une nouvelle vie à ce site.

cathedrale-saint-andre-b9j7

 

Sources :

  • Site de l’Université de Bordeaux
  • Feuillet « Promenades Universitaires » conçu dans le cadre d’un programme de recherches soutenu par la Région Aquitaine, l’Université de Bordeaux Montaigne et le Centre de recherches François-Georges Pariset. Plus d’infos

La cathédrale Saint André sur la Place Pey Berland

Tous droits réservés - Association du Master-II Droit et Gestion du Patrimoine

Réalisation : Henri GRELLOIS - 2013
Webmasters 2015 - 2016 : A. DUMAS, G. CHAMPENOIS, L. LA GUERCHE